18/11/2014

Les petites misères

Je suis à votre service, mais je ne suis pas votre esclave ! Je ne suis pas la pour brosser le chien, tondre la pelouse, la fosse septique, tout cela en plus d'élever votre enfant, de vous préparer des petits plats midi et soir. Vous croyez vraiment que les quelques euros que vous me versés font que je vous suis redevable de tout ? Vous qui gagnez 500 euros de l’heure, moi qui n’en gagne que 8 ! Je suis un être humain comme vous et ce malgré les différences sociales... qui nous opposent. J'ai autant de sensibilité que vous, j'ai autant de responsabilités et j'ai une vie, comme vous. Votre argent fait de vous des êtres privilégiés, ne l'oubliez pas ! Tous les empires connaissent un jour le temps du déclin, quel que soit leur grandeur et leur force. Vous n'avez appris la politesse et le respect qu'envers ceux de votre caste. Les autres n'étant pas autre chose que des larbins qui se vendent, s'achètent. Non je ne suis pas votre esclave et si vous me traitez comme tel ebien ayez honte et si vous ne savez pas ce que la honte veut dire, regardez-vous dans un miroir.

Travailler 12 voir 13 heures par jours, 7 jours sur 7 et ce pendant trois semaines de suite pour votre bon plaisir, non seulement devoir changer les draps tous les jours, pour vous mais aussi pour vos invités.....

Pas de syndicat si tout va mal, trop occupés qu'ils sont à veiller sur les allocataires sociaux et les ouvriers de mittal. Nous, personnel de maison ne sommes que les parents pauvres, les sous considérés. Qui viendra nous défendre en cas de perte d'emplois ? Ce n'est pas le sort d'un couple de malheureux gardiens qui va préoccuper qui que se soit.

"Allez donc postuler dans les titres services, c'est votre domaine de prédilection"nous dira t'on. Personnel d'entretien, agent de maintenance. Voila ou nous devrons nous recaser. Il y a des années de cela, avant la crise, nous étions considérés comme faisant partie de la famille. Nos actes, notre travail était reconnus à sa juste valeur, et nous travaillions pour vous, pour vos enfants avec le plaisir que procure une certaine reconnaissance. C’était le temps des mercis, des sourires et des gestes qui peuvent paraitre insignifiant mais qui rajoutaient une part importante de satisfaction à notre travail. De toute façon maintenant la seule chose qui compte pour vous c'est votre voiture, votre bateau (a la rigueur) vos pda, smartphones et autres iphone de dernière génération. Vous et vos enfants, vous êtes passés à un autre stade de la relation humaine. Vous avez matérialisés vos relations pour paraitre plus riche que votre voisin. Vous en avez laissé tomber le reste d'humanité qui était en vous.

Vous avez décidés que le monde serait divisé entre vous et les autres. Ceux qui vous ressemblent. Vous emmenez vos enfants dans les mêmes écoles ou ils apprennent que le monde est divisé entre les riches..... et les autres. Vous avez décidés que les autres, dont je fais partie, ne sont la que pour vous servir quant bon vous semble. Vous avez mis en avant vos priorités essentielles ! Le sac de Delvaux (un vrai) la dernière tesla (histoire de dire que vous aussi vous participez à l'amélioration de votre monde). Et vous tournez les pages en laissant vos traces de doigts sales. Même l'air pur vous avez décidés de vous l'approprier. Et le pire dans tous cela c'est que vous venez me susurrer à l'oreille, un jour ou votre moral défaille un peu, que vous êtes malheureuse !
Vous brassez des millions, que dis je, des milliards et vous voila emprunte d'un doute quand au devenir de vos enfants. Alors que la génération de vos generations n'auront pas a se soucier de l'avenir, vous voila perturbée. Mais qu'es ce que malheureuse dans votre cas ? Car il faut bien relativiser ! Pour vous cela signifie surtout que vous n'avez pas pu obtenir de business class pour vous rendre au Brésil.

Et moi je suis la aussi pour vous consoler de vos petites misères, en plus de tout ce que vous m'avez déjà mis sur le dos...

 

 

 

Les commentaires sont fermés.