05/05/2015

L'impunité virtuelle

Je m'étais effondré de constater à quel point des personnes mal intentionnées pouvaient utiliser les réseaux sociaux pour démolir des personnes. Maintenant je voudrais m'attarder un peu plus sur les moyens plus classiques que certaines personnes utilisent pour diffuser leur mécréance!  A travers des emails qui peuvent parfois être retracés, ils ou elles, (mais plus généralement ils),  se croient profondément invulnérable sous l'anonymat d'une identité volée. Hors, il faut savoir que voler une identité est un délit, contrairement à l'utilisation d'un pseudonyme !. De plus, il existe des moyens assez efficaces pour pouvoir retracer les emails. Même si la localisation est approximative et que l'on en est pas encore à dire que l'on peut localiser la personne dans son fauteuil à la maison avec son Ipad à la main surfant sur Safari.

Comme cela tu sais que je sais !

20/02/2015

De l'intérêt de Facebook

facebook,harcelement,communicationEn 2012 Facebook comptait plus de 82 millions de faux profils. Ce qui à l'époque représentait près de 9% de la totalité des profils. Parmi ces profils il y avait ce qu'on appelle  des spams, mais aussi des doublons et autres. A l'heure actuelle Facebook se présente donc comme "la crème des réseaux sociaux", doublé en plus d'une capacité de vigilance sur les comptes permettant de démasquer les faux profils et autres usurpateurs.

Facebook reste un réseau social initialement mis au point pour favoriser la communication interpersonnelle et les échanges, il s'est mué en une espèce de caisse de résonance des idées et des opinions. Toutes les entreprises de communications basent actuellement leurs plans de développement économique sur des stratégies incluant les réseaux sociaux. Si l'utilisation des réseaux sociaux peut être prolifique pour asseoir sa notoriété sur internet, et c'est ce qu'on comprit les grandes entreprises commerciales qui établissent des plans de, ce que j'appelle, stabilité économique, il n'en demeure pas moins que tout Facebook, LinkedIn, Pinterest ou autres qui existent ne sont pas les outils les plus intéressants pour lancer une PME. On pourrait encore discuter de la cible de clientèle choisie et du produit que vous souhaitez lancer. Mais en règle générale, il suffit de l'observer, les principaux produits de lancement marketing passent toujours via une solution classique pour un lancement ou via un buzz, avec un appui sur Facebook. L'appui étant considéré comme secondaire.

Facebook n'est pas un outil commercial a proprement parlé. Il reste un outil de communication. On parle d'un produit, on parle d'une action, on peut à la rigueur échanger des idées, encenser un produit ou le démolir... mais on ne définit pas le cadre d'achat du produit dont on parle.
Facebook reste un géant aux pieds d'argile. Sans un certain contrôle et d'aucun appelleront cela une censure, mais sans un certain contrôle par les créateurs des réseaux sociaux, d'autres pourront prendre le pouvoir et en faire leur outil de propagande.

Si en matière commerciale les réseaux sociaux demeurent aléatoire quant à leur productivité, ils sont pour le moins bien plus performants en matière de propagande, de pression politique (ce qui peut s'apparenter à de la propagande) de sexualité (la pédophilie sur fb est une plaie) ainsi que de harcèlement. Il suffit de voir à quel point certains réseaux sont responsables de la mort ou du mal être ressentis chaque jour par des victimes de pervers et autres gourous des réseaux. Les réseaux sont donc en résumé une magnifique source de manipulation pour ceux qui savent y faire.
Que l'on ne m'accuse pas de porter des œillères, et que l'on ne me dise pas que ma critique n'est qu'acerbe à l'encontre des réseaux. Bien sûr il y a du bon, même dans le plus mauvais il y en aura toujours. Il y a des gens honnêtes qui consacrent une part importante de leur temps sur les réseaux, qui en font leur famille et qui en font leur passion. Certaines passions peuvent naitre grâce aux réseaux sociaux, et notamment les passions de l'image et de l'écriture, car la communication c'est principalement de l'image et de l'écriture.

 

 

28/03/2014

Usurpation d'identié sur le net

Carte-d-idendit--du-p-re-no-l_0.jpgSe faire passer pour un ou une autre en envoyant des invitations, voila la nouvelle passion de petits génies soucieux de s'octroyer un contact nouveau. L'anonymat sur Facebook est tel que quiconque peut mettre la photo de n'importe qui en additionnant le nom de n'importe quoi pour ainsi se forger un profil difficilement crédible pour ceux qui le connaisse, et suffisamment inconsistant pour un observateur lucide.

Cette mode de l'emprunt, de l'usurpation d'identité est tellement à la mode que même de soi disant amis se penchent sur ce phénomène pour le pratiquer ? Es ce la vraiment une façon de faire normale et habituelle, ou sommes nous rentrés dans une ère nouvelle ou n'existe plus aucune vérité ?

Soyons sérieux ? Es ce normal de se faire passer pour une fille, de s'inventer un nom, d'usurper une photo (passible d'une condamnation, je le rappelle) et de ainsi nouer des contacts ?

 

11/02/2014

Harcelement sur facebook

Sans-titre-13.gifJe ne fais que relayer une info, une info qui me bouleverse ! On vit parfois un enfer sur terre quant on est un adolescent, par la faute d'autres adolescent ! Es ce le manque d'éducation ?

?N'es ce pas maintenant à l'école d'apporter une partie des  solutions à ce problème ? N'es ce pas aussi la responsabilité de cette école de faire face à l'évolution des technologies en incorporant dans ces programmes les dérives technologiques. Je suis en colère face a ce désarroi de nombreux d'adolescent qui doivent faire face à l’ignorance, à la bêtise de leurs congénères en un mot comme en deux. Et si c’était un jour nos enfants les victimes ou les bourreaux  ?

Je ne sais pas, je ne crois pas que certains ou certaines se rendent comptent de la portée de leurs actes, de la puissance destructrice que des mots peuvent avoir, surtout quant ils sont portés au vu du monde. Je ne sais pas si certains ou certaines comprennent leur responsabilité dans le désespoir d'autres.

Drôles de petits anges les ailes bardées de bombes, des sourires d'adolescent au cœur dopé au napalm, prêts à lâcher leurs armes de destruction massive sur plus petit que soi. , par rancune ? par vengeance ? Ou simplement par stupide idée de différence.

La mort dans l'âme,au détour de reverser une larme et coule la peine des barreaux au désarroi d'une misère tellement intense, des anges qui souffrent sous les mots qui détruisent, ne trouvant un répits final face à ce mal qui les rongent dans les derniers refrains d'un chanson; ses refrains qui se terminent par un au revoir définitif.

Il payeront un jour pour le mal qu'ils font, ils payeront de leur responsabilité par des regret et des remords qui les empêcheront à leur tour de vivre quant ils auront grandis dans leur tête, mais en attendant il faut arriver à sortir des cette souffrance de chaque instant, cette impression ou le monde ne tourne plus qu’autour de soi ou tous nos défauts, tous nos regrets sont l'objet de tous les regards, de toutes les aversions. et ou la solitude pèse de tous son poids sur des épaules devenues tellement fragiles.

On ne peut écrire que sur ce qu'on endure, les plus belles histoires d'amour ne sont que le reflet de nos propres histoires et se sont nos enfers qui font ce que nous s'hommes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13/01/2014

Pauvre chose

De plus en plus de réseaux sociaux voient le jour, preuve sans doute que le social, la communication est un manque fatal, un manque vital pour l'être humain. Mais voila, derrière cette liberté expression, derrière cette matière à communiquer se cachent des éclats de voix, de violents penseurs aux sombres desseins. L'abri de l'anonymat, tout relatif, que procure cet espace de "liberté" leur permet d’œuvrer en douce par un travail de sape. En inventant ainsi des réseaux sociaux, on a créé de nouvelles pathologies, comme de nouveaux virus pour lesquels on se devra de mettre au point de nouveaux vaccins, de nouvelles méthodes de soins.

Ils se retrouvent ancrés devant un écran gris d'ordinateur, prenant les apparences trompeuses de vierges effarouchées, pauvres choses insipides, pauvre blanche rose hérissée d'épines, prêt à verser le sang pour sang, par esprit retord d'une vengeance qui n'existe que dans sa tête. 

Que se passe t'il dans la tête du bourreau, ou l'inacceptable de la revanche ne laisse place ni à l'oubli ni à la quiétude pour sa victime. Un jour viendra ou il faudra tout laisser la et ce jour il regretteras ce qui est déjà fini!  N'appartenant au monde que par erreur, venu sur cette terre par inadvertance. Ils ne sont ces primates que des copies carbones d'un être primitif pour lequel Dieu lui même n'a de considération que dans la négation de l'absolu.

Pourquoi agissent ils ainsi ? Un absurde besoin de reconnaissance de puissance absolue ? Se prenant pour le guide universel d'un monde ou toutes leurs proies ne sont que leurs biens impropres à la consommation.

Rentrant par la porte, cette porte que certains laissent grand ouvert par manque de conscience ou par totale insouciance, le laissant ainsi évoluer comme un courant d'air glacial, commençant son œuvre par de belles paroles, de beaux mots, ceux que l'on veut entendre, ceux que l'on imagine dans la bouche d'un ami, mais qui se dévoilent dans la gueule féroce d'un non pas ennemi, mais bien d'un prédateur au sourire terrifiant dévoilant des dents acérées.

Sans le voir, sans le savoir, on peut les imaginer bien plus nombreux qu'on le pense, passant d'une vague à l'autre pour surfer sur les étranges sentiments que l'on a, quand le temps passe et que l'on se penche sur les questions qui raccrochent au passé et au présent. Quand on laisse filtrer les sentiments nus, il se penche alors de son sourire carnassier, dévoilant la bave dégoulinante de ses lèvres, pour se jeter sur une proie innocente qui n'aura plus le temps de s'enfuir, il lui suffira alors d'un rien pour détruire, arracher un bout de sa victime, pour ne laisser aux autres que la douleur du doute; sa marque de fabrique, la débilité de son souvenir, et les marques douloureuses de la souffrance qui se traine. Par sa faute, et de ceux qui le  soutiennent, le monde est aujourd’hui moins beau, moins serein.

Pathologie inguérissable, ils ne chérissent pas, ils n'aiment pas le parfum de celle qu'ils embrassent et si ils pleurent ce n'est pas la tristesse ou le chagrin qui les envahis. ce ne sont ni des amants, ni des amours, ce sont des êtres qui n'ont aucune forme de sentiment. N'ayant d'humain que la forme physique que leurs parents leurs ont donnés, Cette forme physique qui n'est qu'une enveloppe ne renfermant que les organes vitaux nécessaires à faire tourner une machine insipide... aussi inhumaine qu'une seconde qui dérape, cette seconde de trop qui a suffit pour qu'ils voient un jour le monde dans le ventre de sa mère.